Ambassades du Espagne dans les pays voisins

» Algérie

» Égypte

» Libye

» Maroc

» Mauritanie

» Soudan

Ambassades du Espagne dans le monde entier

d'Autres ambassades et consulats a Tunis

Espagne flag l'Ambassade du Espagne en Tunis

Adresse24, Av. Dr. Ernest Conseil
Cité Jardin
Tunis
Tunisie
Téléphonelocal: 7179.2059
international: +216.7179.2059
Faxlocal: 7178.2217
international: +216.7178.2217
Emailemb.tunez@maec.es

» Puis-je visiter Espagne sans visa?

Commentaires au sujet de cette l'Ambassade

Showing comments 1–10 of 495, newest first.
1 2 3 ... 48 49 50 > >>
https://www.facebook.com/pages/Arm%C3%A9e-alg%C3%A
Tue, 19 May 2015 12:43 EDT
https://www.facebook.com/pages/Arm%C3%A9e-alg%C3%A9rienne-top-secret/140925039417632
https://www.facebook.com/pages/Arm%C3%A9e-alg%C3%A9rienne-top-secret/140925039417632
http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3071
Tue, 19 May 2015 12:38 EDT
http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3071
Quand et pourquoi l’Algérie a basculé de son alliance française vers celle de la Chine ?

Algérie : de la « plaisanterie » de Hollande au renversement historique d’alliance…

Les commentaires n’ont pas manqué sur la petite phrase prétendument humoristique de Hollande au retour d’Algérie de l’équipe gouvernementale française. On se souvient que le président français déclarait que son ministre de l’intérieur Valls était heureusement revenu « sain et sauf » du voyage officiel algérien des ministres français. Cette déclaration faite à un congrès juif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, n’a pas manqué de scandaliser les média algériens et d’étonner l’opinion publique. Il était certainement fait pour indiquer combien le président français appréciait les nouveaux choix des classes dirigeantes algériennes. Valls n’était pas le seul en Algérie mais c’est à lui qu’il a été répondu que ses propositions pour sécuriser les personnels français dans les industries gazières et pétrolières n’étaient pas acceptables et que l’Algérie ne pouvait garantir à ces personnels de revenir sain et sauf !

Non seulement Valls n’était pas seul à Alger mais c’est le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault qui passait les lundi 16 et mardi 17 décembre 2013 en visite officielle en Algérie avec pas moins de neuf ministres, dont Manuel Valls (Intérieur), Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Vincent Peillon (Éducation), notamment, dans un voyage dont le but était officiellement la signature de multiples contrats économiques. Quatre-vingt chefs d’entreprise les accompagnaient dont Martin Bouygues, Pierre Mongin (RATP), ainsi que des dirigeants d’Alstom ou de Renault et y figuraient aussi plusieurs parlementaires comme Samia Ghali (PS) ou Jean-Christophe Lagarde (UDI). Or la plupart des contrats prévus avec la France ont échoué… La gifle était calculée par le pouvoir algérien pour officialiser son tournant…

Cet échec était souligné de trois traits rouges par le fait que quelques jours plus tard, la Chine en visite officielle à Alger signait, elle, une masse considérable de contrats la transformant clairement en la principale puissance travaillant avec l’Algérie.

Et on peut effectivement parler de basculement des choix stratégiques, économiques et politiques, des classes dirigeantes algériennes. Depuis 2012, la France était déjà concurrencée dans ses échanges économiques par le développement des échanges Chine-Algérie. Mais la dernière visite des ministres français suivie de peu par celle des ministres chinois a prouvé un basculement des choix d’Etat de l’Algérie. D’où la vive réaction française.

Pourquoi souligner que Valls était revenu sain et sauf ? Il faut pour l’expliquer revenir à l’affaire d’In Amenas dans laquelle les exploitants français, anglais, américains ont été attaqués par des groupes islamistes sans que les forces de répression algériens interviennent sauf pour massacrer aussi les otages occidentaux. La complicité des autorités algériennes dans l’attaque terroriste a été reconnue par des victimes et par les autorités américaines ou canadiennes. L’Algérie n’a fait que reconnaître des faiblesses de son dispositif de sécurité et affirmé qu’In Amenas ne pouvait plus être sécurisée !

Dans l’attaque de Tiguentourine et du centre gazier d’In Amenas, il y a bien plus qu’une faiblesse ! Un commando d’une quarantaine d’hommes armés avait parcouru sans encombre plus d’un millier de kilomètres à travers le Sahara malgré les check-points de l’armée, malgré les images satellites fournies par les Américains aux autorités algériennes et malgré les drones qui couvrent le territoire. Ce commando terroriste a pénétré jusqu’au cœur des installations industrielles et de la base qui sont ultra sécurisées et y avait pris des otages. L’opération « anti-terroriste » de l’Etat algérien s’est terminée dans un bain de sang, coûtant la vie à au moins 70 personnes – tuées par les missiles tirés par les hélicoptères du DRS algérienne – et avait causé des dégâts considérables au centre de production de gaz.

Depuis, l’Algérie n’accepte plus les compagnies occidentales à In Amenas, déclarant ne pas être capable de leur assurer d’être « sain et sauf » et a aussi refusé que ces compagnies embauchent elles-mêmes des personnels qui assurent leur sécurité. Le Soir d’Algérie nous informait que « Stirling, l’agence britannique de sécurité de BP, vient de conclure un partenariat stratégique avec Olive, une autre société britannique basée aux Emirats, réputée pour le recours à des armées de mercenaires pour assurer la sécurité des sites et des personnes qui lui sont confiées. » Alger a répondu un non sec à cette proposition…

Depuis, les compagnies occidentales qui mettaient la pression sur l’Algérie pour obtenir des prix plus bas, Canada, Angleterre et USA prétendant être capables de récupérer assez de pétrole eux-mêmes et se passer de l’Algérie ont effectué inutilement un chantage à la baisse des prix du fait des propositions beaucoup plus favorables de la Chine. Le pétrole algérien est en train progressivement de revenir à la Chine, ce qui était déjà le cas des gros travaux de BTP.

La meilleure preuve que la blague d’Hollande était une réponse aux contrats refusés aux Français et signés par les Chinois : le ministre Algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a profité de la présence à Alger de Wang Li, ministre chinois des Affaires étrangères, pour déclarer que la blague de Hollande représentait une « moins-value » dans les relations franco-algériennes.

Nicole Bricq, ministre française du Commerce extérieur, a réclamé publiquement aux autorités algériennes une concurrence “transparente et loyale” face à la Chine qui rafle de plus en plus de gros contrats dans notre pays. Le gouvernement français d’Ayrault a rappelé que la dernière signature massive de contrats avec la Chine manquait totalement de transparence commerciale…

« La concurrence nous l’acceptons, à condition qu’elle soit transparente et loyale », a-t-elle ainsi affirmé dans une déclaration reprise par l’AFP au sujet de la forte percée des entreprises chinoises en Algérie. Nicole Bricq a fait remarquer également que ”nous voulons rester le premier partenaire économique de l’Algérie”.

De son côté, Wang Li, ministre des Affaires étrangères de l’empire du Milieu s’est vite empressé d’exprimer la fierté de son pays d’avoir un partenaire et un pays frère comme l’Algérie, martelant fermement que la politique d’amitié de la Chine vis-à-vis de l’Algérie “ne changera pas quels que soient les aléas internationaux” en prenant un soin précieux à ajouter que les deux pays “sont d’accord pour surmonter l’ensemble des défis internationaux pour préserver leurs intérêts communs et défendre les droits légitimes des pays en développement” en indiquant que la Chine compte investir 50 milliards de dollars US en Algérie durant les cinq prochaines années.

L’Algérie et la Chine sont déterminées à élargir les domaines de leur coopération dans le cadre du partenariat stratégique global. Un partenariat qui devrait déboucher sur une plus grande présence chinoise en Algérie dans l’industrie et le transfert de savoir-faire.

Les derniers contrats signés par la Chine après la fameuse visite de Ayrault-Valls représentent 20 milliards de dollars. Depuis une dizaine d’années, les Chinois ont pratiquement raflé tous les appels d’offres pour la construction des grands équipements publics en Algérie.

Le partenariat stratégique global qui favorisera essentiellement les investissements directs chinois en Algérie dans le domaine industriel hors hydrocarbures, intervient en application des orientations des deux Chefs d’Etat en faveur du développement et de la promotion des relations bilatérales, a indiqué M. Lamamra lors d’une conférence de presse à l’issue de ses entretiens avec son homologue chinois, Wang Yi.

Ce même partenariat, ajoute M. Lamamra, englobera plusieurs domaines dont la défense, l’énergie et le transfert du savoir-faire dans les sciences et technologies, d’autant que la Chine "est une force économique et militaire, mais aussi politique".

De son coté, le chef de la diplomatie chinoise a affiché la volonté de son pays à « faire des efforts pour porter notre coopération à de nouveaux paliers pour le bénéfice de nos deux peuples". Les deux ministres ont évoqué un partenariat qui se veut "unique et incomparable" et un engagement à oeuvrer "d’arrache-pied" pour permettre à l’Algérie de disposer « d’une industrie indépendante et forte », selon M. Lamamra. M. Wang a aussi promis "d’investir directement" en Algérie, tout en exhortant les Algériens à "accorder davantage de facilités aux investisseurs chinois".

La Chine est devenue le premier fournisseur de l’Algérie en 2013, avec 4,95 milliards de dollars, soit 11,98% du montant global des importations algériennes pendant les trois premiers trimestres. Elle est suivie par la France (avec 4,70 milliards, 11,37%) qui a ainsi perdu sa première place historique. L’Italie arrive en troisième position (3,95 milliards, 9,57%).

L’Algérie a signé un accord gouvernemental de coopération spatiale avec la Chine au siège du ministère de la Défense nationale, entre l’Agence spatiale algérienne et l’Agence spatiale chinoise, a annoncé un communiqué du ministère de la Défense nationale. Cet accord, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération entre les deux pays dans le domaine des sciences et des technologies et applications spatiales, accord qui ouvre vers une coopération militaire accrue…

La Chine entame une offensive pour la conquête de l’Afrique en termes d’investissements, mais aussi de marché potentiel de plus d’un milliard de consommateurs. Mais contrairement à beaucoup de pays africains où la Chine pratique le troc en échangeant les matières premières dont les éléments de terre rares en contrepartie de la construction d’infrastructures, l’Algérie a accordé à la Chine des grands projets structurants dont l’autoroute Est-Ouest, dont l’enveloppe a dépassé les 11 milliards de dollars, le logement à travers le projet AADL, dont on ne connaît toujours pas le montant de la transaction, la construction du terminal de l’aéroport international, la résidence d’État de Club des Pins, la Grande Mosquée d’Alger, ainsi que la téléphonie mobile à travers les équipementiers ZTE et Huawei. Malgré certaines défaillances dans la qualité des ouvrages et la qualité de certains produits exportés vers l’Algérie, la Chine continue sur sa lancée en investissant dans plusieurs domaines d’activités.

L’Algérie est loin d’être le premier pays d’Afrique à basculer dans le camp de la Chine, mais c’est un des pays les plus importants du cercle d’influence de l’impérialisme français et qui y appartenait sans discontinuer depuis l’indépendance de l’Algérie. Au Niger, au Mali, au Centrafrique, à chaque fois que les chefs d’Etat africains ont basculé, c’est l’armée française, ou l’armée tchadienne, succursale de l’armée française, qui s’est chargée d’intervenir pour faire chuter le chef de l’Etat. L’Afrique anglophone, elle, bascule rapidement et sans résistance de l’Angleterre ou des USA…

Les autorités et les classes dirigeantes algériennes peuvent-elles ignorer les risques encourus du fait qu’elles ne disposeront plus du soutien de l’impérialisme français qui a toujours caractérisé les relations particulières avec la France, y compris aux pires moments de la guerre civile organisée par la dictature militaire des généraux algériens malgré les critiques américano-anglaises ? Elles ne semblent pas l’ignorer si on en juge par le lancement brutal et massif dans les toutes dernières années d’un programme massif d’achat d’armements qui ne caractérisait pas précédemment le régime algérien.

Nombre de nouveaux achats de matériels militaires se tournent aussi vers la Chine.

Le Wing Loong et son avatar armé YiLong (sabre acéré) intéressent tout particulièrement l’Algérie. Selon les informations publiées par le blog spécialisé, secret-difa3, l’Algérie serait l’un des plus importants acquéreurs de ce drone offensif devant des pays comme l’Egypte, ou le Venezuela. L’intérêt de l’Algérie pour des drones chinois pourrait trouver une explication dans le prix plus intéressant de ces avions sans pilote par rapport à ceux d’autres fournisseurs. Mais ce n’est pas seulement une question d’argent mais de renversement d’alliance stratégique…

Le président français Hollande a été d’autant plus dépité qu’il s’imaginait avoir réussi, avec sa guerre au Mali, à développer d’excellentes relations avec l’Algérie puisque cette dernière avait donné l’autorisation aux avions de guerre français de survoler son territoire pour attaquer les groupes islamistes qui occupaient le nord du Mali. C’était d’autant plus remarquable que la plupart de ces groupes islamistes avaient de bonnes relations avec le régime algérien, de manière quasi officielle, qu’ils avaient été fournis par l’Algérie en pétrole pour leurs 4x4 afin de traverser le Sahel. En fait, l’Algérie avait prévenu ces groupes de l’attaque française afin qu’ils se replient sur la Libye, la Syrie, le désert algérien, etc, avant que l’attaque française commence. La France a donc eu sa victoire mais rien n’est réglé pour autant puisque ces groupes peuvent revenir à tout moment par le même chemin. Si Hollande a été dupé, il l’a d’abord été par sa propre fatuité. Ayant été en poste à Alger pour le Parti socialiste quand il était stagiaire en politique au beau milieu de la guerre civile, il croyait bien connaître le régime algérien et bien le comprendre. Il s’est complètement fait duper comme nous l’écrivions déjà : lire ici.

Hollande avait d’autant plus de raisons de croire à une reprise de l’amitié franco-algérienne et à celle des relations économiques qu’il avait fait une visite en décembre 2012 en Algérie, visite qu’il estimait politiquement réussie où il était parvenu à jouer la sympathie tout en ne regrettant en réalité rien des horreurs de la guerre coloniale française en Algérie. Il croyait duper mais c’est lui qui l’était…

Au-delà des objectifs fixés par Pékin pour l’ensemble du continent africain pour lequel une ligne de crédit de 20 milliards de dollars a été dégagée pour les années 2013, 2014 et 2015, les Chinois accordent une importance particulière à l’Algérie devenue, selon les experts, “leur deuxième destination préférée en Afrique”.

La Chine s’est classée premier fournisseur commercial de l’Algérie durant les neuf premiers mois de l’année 2013, avec 4,95 milliards de dollars US, détrônant ainsi la France qui a occupé cette place du podium des années durant. Mais, surtout, l’alliance politique et militaire de l’Algérie avec la France a basculé…

M. Wang n’a pas caché la fierté de son pays d’avoir un partenaire et un pays frère comme l’Algérie, rassurant que la politique d’amitié qui lie la Chine à l’Algérie "ne changera pas quels que soient les aléas internationaux". C’est une manière diplomatique d’avertir les grandes puissances occidentales que, si elles estiment devoir faire basculer la dictature des généraux en la prétendant non démocratique, comme ils ont fait basculer le régime de Kadaffi ou tenté de le faire pour Assad en Syrie, la Chine donnera son soutien politique et militaire à l’Algérie. Et cette déclaration a été percue comme d’une grande valeur par les classes dirigeantes militaires algériennes, toujours menacées de se voir reprocher les morts et disparus de la guerre civile, les arrêtés, torturés et assassinés et leur complicité dans les vagues d’assassinat, comme à Raïs et Bentalha….

Tous les partis politiques français de la gauche de la gauche à l’extrême droite se sont dits catastrophés par la contreperformance du gouvernement français face à la Chine. Tous ces hommes politiques de tout l’arc en ciel politicien bourgeois ont lancé leurs cocoricos économiques et politiques, prétendant que l’intérêt du peuple de France serait de mener la guerre économique contre la Chine et ils ne sont pas loin d’afficher leur volonté que cette guerre économique se poursuive par la guerre tout court comme elle le fait déjà avec les guerres de la France en Afrique ou face à la Chine en Syrie…

Pas plus le peuple chinois n’a intérêt à suivre ses classes dirigeantes pseudo-communistes et vraiment capitalistes, pas plus les peuples des pays
http://www.legrandsoir.info/l-iran-et-l-algerie-ci
Tue, 19 May 2015 12:37 EDT
19052015
’Iran et l’Algérie, cibles de Washington et Ryad
Michel LHOMME

Les pays du Golfe avouent ouvertement souhaiter la création d’une alliance géopolitique autonome incluant au départ deux ou trois pays, dont l’Arabie Saoudite et le Bahreïn. Pourquoi cette soudaine précipitation ? Les dirigeants du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG), qui comprend l’Arabie saoudite, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, les Emirats arabes unis et le sultanat d’Oman, ne cachent pas leur inquiétude face aux ambitions régionales de l’Iran. Le Bahreïn, dirigé par la dynastie sunnite Al Khalifa, est, en particulier, le théâtre, depuis le début du « printemps arabe », d’une contestation de la majorité chiite, soutenue en sous-main par l’Iran, qui a des vues sur le territoire insulaire.

Un destin commun ?

Par ailleurs, le Qatar, l’Arabie saoudite mais aussi les Frères Musulmans d’Egypte, semblent déterminés à faire chuter l’Algérie. Anna Marie Lisa, présidente honoraire du Sénat belge, accuse ouvertement l’Arabie Saoudite « d’oeuvrer à déstabiliser volontairement les frontières sud de l’Algérie », à travers notamment, le financement des salafistes et de groupes djihadistes. Pour l’Arabie saoudite, l’Algérie devra payer, tôt ou tard, pour avoir combattu le terrorisme durant les années 1990. Ceci se produit au moment où de l’argent, provenant de paiements de rançons d’otages européens et des spoliations en Libye arrivent, de la façon la plus illégale qui soit, aux terroristes sévissant dans la région, et plus particulièrement au Nord du Mali, devenu indépendant. En tout cas, cette déclaration confirme qu’il y a bien (ce que nous vous disons ici depuis plusieurs mois déjà : affaire libyenne etc) une déstabilisation en cours de l’Algérie, entretenue par des bailleurs de fonds saoudiens.

Eric Denussy, directeur du Centre français de recherches sur le terrorisme, et ancien officier des services secrets, a tiré récemment la sonnette d’alarme : « La situation est très grave. L’Algérie est considérée par le Qatar et l’Arabie Saoudite, et par l’alliance entre les USA et les Frères musulmans, comme le domino du « printemps arabe » qui n’est pas tombé et qui doit tomber, coûte que coûte ». L’Otan et les Américains nul doute participent en secret à cette démarche de vouloir reconfigurer le Maghreb et le Machrek, ainsi que le Sahel, par terrorisme interposé et mercenaires richement payés. D’ailleurs, certains pays auraient largué des armes, profitant aux terroristes du GIA, devenu GSPC puis AQMI, après que les terroristes eurent été défaits en Algérie et qu’ils eussent fuient vers le Sud. Pour l’instant, après des législatives sans fraude véritable, l’Algérie, qui se sent menacée, tient bon et n’a pas chuté, malgré toutes ces tentatives de déstabilisation, y compris du côté marocain (le problème du Polisario évoqué au Conseil Européen).

Mais au Mali, la crise s’obscurcit et il est un peu difficile d’y voir vraiment clair. La moitié septentrionale de son territoire est toujours sous le contrôle de rebelles touareg, d’islamistes armés et de divers groupes criminels. Un nouveau groupe armé, dénommé Front de Libération Nationale de l’AZAWAD (FLNA), qui revendique 500 éléments, avait annoncé, le 8 avril, sa création dans le Nord-Est du pays. Il se proclame indépendant du groupe islamiste Ansar Dine, dirigé par Iyad Ag Ghali qui a participé aux accords d’Alger de 2006 entre Bamako, la rébellion touarègue et le Mouvement National de Libération de l’AZAWAD (MNLA).

Cette nouvelle formation se présente comme un mouvement laïc et explique sa création par l’abandon" de la région par l’Etat malien depuis des années. Il aurait pour objectif la libération de l’AZAWAD, l’instauration d’un climat de confiance entre ses communautés, la sécurisation des personnes et des biens et l’instauration d’un cadre de dialogue pour une paix durable" dans la région, dont le FLNA ne définit pas les limites géographiques et qui, par voie de conséquence, pourraient inclure des territoires algériens et nigériens !

Aux côtés de tous ces mouvements touaregs, religieux ou laïcs, du Nord Mali, on retrouve, bien entendu, des éléments du Polisario et ceux de l’AQMI, dont un des chefs, Mokhtar Belmokhtar, vient justement de refaire surface à Gao, avec ses partisans, à la faveur des enlèvements de sept diplomates algériens. Un autre groupe, et pas des moindres, a également signalé sa présence à Gao. Il s’agit du mouvement islamiste nigérian Boko Haram, mouvement violent et extrêmement puritain, très anti-chrétien et dont au moins une centaine d’éléments ont été signalés récemment au Nord du Mali. Par ailleurs, l’exécutif MNLA aurait proposé à l’Algérie son aide pour la libération des diplomates enlevés et son leader, Bilel Ag Cherif, aurait décidé d’enquêter sur les circonstances de ces enlèvements.

Face à cette nouvelle donne, les Algériens ont fermé leurs frontières avec le Mali. Mais une telle décision, aussi ferme soit-elle, reste toujours problématique dans cette région : parler de « fermeture des frontières » dans une zone de nomades, cela-t-il encore un sens ? Est-ce qu’elles ont jamais existé, d’ailleurs ? N’est-ce pas comme si on voulait arrêter le vent du sud de souffler ? C’est bien connu, les terroristes d’AQMI et les narcotrafiquants passent par les postes frontières et présentent leurs papiers aux douaniers, aux gardes frontières et aux militaires algériens qui grouillent dans le secteur sans pour cela être forcément inquiétés. Les dollars circulent.

L’Algérie prise au piège ?

C’est pourquoi, à moins de construire un mur sur tout le parcours de cette frontière de plus de 1200 kms, il est réellement impossible de fermer cette passoire, où immigrants, terroristes et contrebandiers se faufilent comme bon leur semble. Le Sud algérien paraît donc bel et bien le ventre mou du pays dans lequel circulent des terroristes d’AQMI et des contrebandiers mais aussi des déstabilisateurs étrangers, payés par les Etats du Golfe.

Le ministère algérien de la Défense a annoncé avoir déployé des avions de transport militaires et des hélicoptères aux bases de l’extrême sud et a mis en état d’alerte maximum 3 000 hommes des forces spéciales de l’armée et des unités militaires de la sixième, troisième et quatrième région militaire, notamment dans les wilayas de Tamanrasset, Ghardaïa, Biskra, Bechar et Adrar. Certains se demandent, comme de faux naïfs : pourquoi l’Algérie n’avait pas, plus tôt, lutté contre AQMI et la criminalité transnationale ?

Pour l’AQMI, il était, sans doute pour elle plus judicieux de refiler le bébé au Mali (consolidation d’un glacis protecteur) et quant à la drogue venue de Guinée-Bissau, elle rapporte forcément beaucoup au passage. N’oublions pas que toutes les productions du pays (l’agriculture étant moribonde) se concentrent actuellement au Sud, au Sahara où se retrouvent toutes les richesses du pays (hydrocarbures, or, fer).

En conclusion, s’il est possible d’émettre l’hypothèse que l’enlèvement des diplomates algériens, la proclamation de l’indépendance de l’AZAWAD par un groupe proche d’Alger et la présence d’AQMI et autres groupes islamiques radicaux sont, directement ou indirectement, liés à l’Algérie, la grande puissance régionale du coin, il est indéniable que sur le terrain, l’opération malienne n’est pas seulement une opération montée de toutes pièces par les autorités militaro-civiles algériennes pour redorer leur blason à l’approche des élections législatives en Algérie.

Dans ce pullulement de groupes militarisés divers, la situation sur le terrain est bien trop confuse pour ne pas déceler aussi la rivalité de courants servant d’autres intérêts, comme ceux des monarchies du Golfe ou de l’OTAN, dans la perspective d’une déstabilisation cruciale de l’Algérie ou encore, discrètement, des intérêts chinois, dans la perspective d’un contrôle par Pékin du Niger tant convoité.

En tout cas, la seule chose assurée, c’est que, en dehors du coup d’Etat qui a ébranlé le pouvoir légitime au Mali, tous les événements qui secouent aujourd’hui le Nord de ce pays sahélien ne sont que la conséquence trouble d’un jeu de domino dangereux engagé par l’Otan, l’Occident et les pays du Golfe dans la région (Tunisie, Lybie, Egypte). En voulant déstabiliser demain l’Algérie, c’est le Maghreb, en tant que bloc institutionnel qui serait alors géopolitiquement menacé en tant que tel. La démarche algérienne pour contrer le terrorisme au Sahel aurait besoin, à la lumière du drame malien, d’une profonde mise à jour de ses tenants et aboutissants, voire même peut-être d’une petite aide de l’ex-mère patrie. Paris ne peut, sans conséquences directes, laisser tomber aujourd’hui Alger.

Michel Lhomme

http://www.metamag.fr/metamag-871-L-Iran-et-l-Algerie--cibles-de-Washi...
D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag a
Tue, 19 May 2015 12:36 EDT
19052015
https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=algerie+site+secret

https://strategika51.wordpress.com/tag/algerie/

https://strategika51.wordpress.com/tag/algerie/

https://strategika51.wordpress.com/tag/algerie/


https://strategika51.wordpress.com/tag/algerie/


https://strategika51.wordpress.com/tag/algerie/


http://www.secretdifa3.net/


http://www.le360.ma/fr/politique/nucleaire-algerien-nouvelles-revelations-explosives-21479
D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag a
Tue, 19 May 2015 12:32 EDT
Secret 19 05 20 15
https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=carte+routiere+algerie+2011
http://www.algeriepatriotique.com/
Tue, 19 May 2015 12:30 EDT
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/

http://www.algeriepatriotique.com/

http://www.algeriepatriotique.com/

http://www.algeriepatriotique.com/

http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
http://www.algeriepatriotique.com/
algerie libre
Tue, 19 May 2015 12:30 EDT
19052015
https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=algerie+focus

http://www.algerie-focus.com/


http://www.journal-algerien.com/presse-algerienne-en-ligne.html


http://www.chouf-chouf.com/presse/6242/


http://www.chouf-chouf.com/presse/6242/




http://www.chouf-chouf.com/presse/6242/
D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag a
Tue, 19 May 2015 12:27 EDT
19052015
https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=mouvement+libre+algerie&spell=1
D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag a
Tue, 19 May 2015 12:26 EDT
19052015
http://www.ebanque-pdf.com/fr_les-generaux-et-le-gia.html
D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag a
Tue, 19 May 2015 12:25 EDT
19052015
http://www.anp.org/fr/LesGenerauxEtLeGIA/LesGenerauxEtLeGIA10.html

Écrivez un commentaire ici

Nous vous invitons à partager vos expériences avec l'Ambassade de Espagne — obtenant des visas et d'autres services, localisant le bâtiment, etc.

Votre nom
Titre
Votre message
Limité à 2000 caractères
 

Ce site web n'est pas fourni par la l'Ambassade et vos commentaires ne pourraient pas être vus par son personnel. Veuillez noter que ce n'est pas un forum pour la large discussion au sujet de la politique extérieure du Espagne, et de telles matières seront supprimées.